• contact@jlbennahmias2017.fr

Laïcité

Laïcité

La laïcité, définie par la loi de 1905, sera appliquée dans les termes mêmes de cette loi, garantissant la liberté de croire ou de ne pas croire, et la neutralité de l’État et des institutions, favorisant le dialogue dans la société.

Partout dans le monde, le XXe siècle a été marqué par un recul des religions.

Que ce soit aux États-Unis d’Amérique, en Europe ou au Proche-Orient, quelle que soit la religion concernée, le désintérêt d’une partie croissante de la population pour les religions dominantes a été observé.

Mais en ce début de XXIe siècle, nous assistons à une radicalisation des religieux qui tentent de reconquérir le terrain perdu. Un fait sensible dans toutes les religions et toutes les régions. Et l’islam est le plus touché par ce phénomène, depuis quelques années, une partie des religieux ayant décidé de mêler religion et politique, encore plus qu’auparavant.

Ce mélange explosif voit apparaître des fanatiques religieux capables de se transformer en kamikazes et de répandre la mort en masse. Notre pays en a fait la tragique expérience ces derniers temps.

C’est à ce fanatisme religieux qui voudrait nous ramener des siècles en arrière, tant du point de vue des sciences que de la vie quotidienne dans son ensemble, notamment  en ce qui concerne les rapports entre les hommes et les femmes, qu’il nous faut donner une réponse adaptée.

Car, ce surgissement, et la sidération produite par les attentats développent  en retour une tentation de repli identitaire, qui répond en symétrique à la radicalisation des religieux.

Il nous faut répondre à la fois au fanatisme religieux et à la tentation identitaire  prônée  par les islamistes et l’extrême droite.

Si  les islamistes trouvent d’autant plus  facilement des petites mains pour accomplir leurs méfaits que le chômage, la pauvreté, et la relégation de certains quartiers sévissent, nous aurions tort d’y déceler  un déterminisme social et d’opérer un glissement systématique entre pauvreté, immigration, religion musulmane et djihadisme, comme le font certaines forces minoritaires d’extrême gauche. Ce serait nier la réalité de notre pays. Ce serait faire abstraction du rôle joué par certaines théocraties totalitaires, dans la radicalisation religieuse et le développement du djihadisme sur notre sol, via une manne financière.

Al Qaïda, les Frères musulmans, Daesh, et tous les propagandistes de l’islam politique  ciblent  la laïcité et son corollaire, l’égalité entre les hommes et les femmes,  comme  sources de tous les maux d’une partie de la population française. La propagation du port du voile, choisi ou consenti, en est la marque revendiquée pour donner à ce message la plus grande visibilité.

Tous ces courants ciblent, à leur façon, la laïcité.

Pourtant, c’est bien la laïcité qui a permis de ne pas communautariser la société française. Elle nous a permis l’intégration de la majorité des enfants et petits-enfants de l’immigration du Maghreb, qui se déclarent aujourd’hui laïques, faut-il le rappeler ? Alliée à l’Etat de droit, elle nous a évité de sombrer dans le piège tendu par les islamistes d’une guerre entre communautés.

Pour autant, il nous faut tirer les enseignements  d’années de politique de la ville qui ont conduit à la relégation d’une partie de la population française, d’origine étrangère ou pas.

Il est de notre devoir de laïques, d’humanistes, d’hommes et de femmes de progrès attaché.es aux valeurs émancipatrices républicaines et laïques, de proposer un programme qui articule laïcité et modernité.